12
Fév

Nos futurs rapports à l’objet

piece2Je rebondis sur l’article très intéressant vu sur webworkerdaily.com « the future of work from bits to atoms ». L’auteur, Imran Al, pose la question de la fabrication des objets et surtout le moyen de nous les procurer dans les années à venir. En effet, le développement d’internet, de l’échange des informations et des imprimantes 3D (voir vidéo plus bas) laissent présager des mutations profondes des codes du design d’objet.

Imprimante 3D ?

Bon désolé, je n’ai trouvé que cette pub kitch dégueulasse pour montrer le principe d’une imprimante 3D. Il existe plusieurs technologies et en gros elles vous permettront bientôt de fabriquer des objets en volume aussi simplement que nous imprimons aujourd’hui nos feuilles.

Pour le moment, c’est énorme, moche, long, très cher et uni-color. Mais bon si on fait l’analogie avec les ordinateurs, je prends le pari que dans moins de 10 ans, nous aurons tous une jolie petite imprimante 3D à moins de 150 euros avec des cartouches à prix raisonnable.

piece

Les applications

Il existe déjà des sites communautaires qui fédèrent ceux qui « veulent » et ceux qui « font », notamment l’excellent Ponoko ou encore Shapeways. Ces sites permettent de faire des commandes pour la fabrication d’objets personnalisés. Ces nouveaux modèles économiques explosent complètement les archétypes des processus de fabrication actuels d’un objet, genre : client>étude>commande>conception>fabrication>industrialisation>diffusion. Ils offrent un nouveau service adapté à des besoins spécifiques, l’offre et la demande n’ont jamais été aussi proches.

Imaginez, vous avez besoin d’une poignée de porte sur mesure. Vous en faites la demande via un site où vous pouvez faire vous-même la pièce et vous recevez le fichier dans l’instant pour vous l’imprimer vous-même ! Fou, hein ! surtout que le site Thingiverse est déjà sur le coup ! A voir aussi le site d’objets open-source Flexiblestreams et l’édito, un fabricant de meuble sur mesure en commande numérique.

Je profite également de cet article pour ressortir cette vidéo qui a déjà beaucoup tourné sur le net. Les trois jolies suédoise du studio Front design ont expérimenté la création de mobilier en couplant une imprimante 3D et un ingénieux système de caméras et de capteurs. Elle ont ainsi généré directement en 3D les « croquis »  de meubles qu’elles dessinaient dans le vide.

Piratage d’objet !

Qui dit objet fabriqué à la maison, dit piratage. Si les imprimantes 3D se démocratisent et que l’on peut imprimer à souhait ses objets, je vois déjà venir des sites de téléchargement où vous pourrez charger gratuitement le fichier 3D de la dernière table basse de votre designer préféré. La question de la propriété intellectuelle sera plus actuelle que jamais.

En conclusion

Je trouve ces perspectives fabuleuses et excitantes. C’est réellement frustrant de voir les merveilles de jeunes designers sur le web qui en restent finalement au stade du joli coup de communication. Faire sortir un objet est un véritable parcours du combattant et je me plais à croire que ces nouvelles pratiques faciliteront l’émergence de nouveaux talents et produits. Les éditeurs d’objets ont intérêt de bien négocier cette vague qui arrive sinon ils se planteront comme leurs amis des maisons de disques suite aux évolutions de l’industrie musicale depuis les années 2000.

A quand la section imprime moi un objet ? Cela viendra plus vite que ce que l’on pense.

Crédits photos // zcorporation
18 commentaires
  1. nono 12/02/2010

    That shit is pimp, garantee drop the panties! 🙂

  2. alex 13/02/2010

    Pouet!
    c’est marrant que tu parles de ce truc, je suis allez au salon « imagina » qui rassemble pleins de stand sur les new technologies 3D. Il y’avait un stand sur les imprimantes 3D je suis resté un peu con face à l’impression d’un fichier 3ds.

    Pour ce qui est de l’unicolor, il arrive à faire de l’impression multicolor (enfin il gère des nuances de noir et blanc je crois ce qui permet de faire du gris-bleu) notamment j’ai vue un Pied transparant avec l’os visible à l’intérieur imprimé avec l’imprimante 3D en une seul fois donc il gère aussi la transparence!
    Elle permet aussi d’imprimer des objets directement fonctionnel comme une chaine de vélo, une visseuse, une clef à molette, un tournevis…. et j’en passe!

    Bon niveau tarif sa démarre à 35 000 euros HT, bien sur il nous a gentillement dit qu’il y’avait des remises étudiantes…. sa change tout!

    En tout cas cet engin va créer de nouvelle société parce que je pense qu’on peut commercialisé à fond les impressions 3D!

  3. alex 13/02/2010

    (le salon était à Monaco)

  4. na! 13/02/2010

    @alex : c’est déjà commencé et en couleur : http://www.sculpteo.com/fr/

    @dmuo : si ça se trouve, t’as utilisé ce principe pour notre duel hinhinhinhin

  5. Julien Madérou 13/02/2010

    @na! : Si j’étais étudiant et que j’avais eu la remise peut-être…
    @Alex : Ouep je pense vraiment qu’il va se passer quelque chose

  6. Orustrateur 13/02/2010

    Un bien joli article en tout cas !

  7. bnaz 14/02/2010

    « Pour le moment, c’est énorme, moche, long, très cher et uni-color. Mais bon si on fait l’analogie avec les ordinateurs[…] ».

    Il y aura a coup sûr des progrès mais il n’est pas certain que l’on puisse faire l’analogie avec l’informatique. Dès qu’il y a un aspect mécanique, le progrès est plus difficile. Par exemple dans la photo, toute la partie numérique a beaucoup évoluée mais il est toujours cher de faire de bonnes optiques. Autre exemple : Les scanners. Leur coût a baissé mais un scanner rapide parce qu’il a une bonne motorisation est toujours cher. Sans parler de la fiabilité.

    Autre aspect de l’impression 3D : Pas certain que le matériaux de base puisse satisfaire à toutes les contraintes techniques (solidité, porosité…). Par exemple la poignée de porte sera t’elle suffisamment solide ?

    Quoi qu’il en soit, c’est tout de même très impressionnant et les applications ne manqueront pas, au moins dans les phases d’étude avant la production industrielle.

  8. Ben 18/02/2010

    c’est quoi le medium utilisé pour ce genre  » d’impression  » ?

    tu connais ma réaction madé si tu me dis que c’est du plastique…

  9. Julien Madérou 18/02/2010

    Oui pour le moment, il me semble que c’est des plastiques, mais d’autres matériaux viendront vite. T’imagine, un imprimante à chocolat !

  10. Ben 19/02/2010

    des materiaux biodegradables ?

  11. Dorian 08/03/2010

    « Je trouve ces perspectives fabuleuses et excitantes. C’est réellement frustrant de voir les merveilles de jeunes designers sur le web qui en restent finalement au stade du joli coup de communication. Faire sortir un objet est un véritable parcours du combattant et je me plais à croire que ces nouvelles pratiques faciliteront l’émergence de nouveaux talents et produits.  »

    Je me pose seulement la question suivante : « De nombreux designers sont bloqués lors de la phase d’adaptation de leurs produits aux différentes normes en vigueur, qu’en sera-t-il alors pour ces futurs objets 3D imprimables? Qui sera responsable en cas de dysfonctionnement voir même d’accidents? L’imprimeur?
    Probablement!
    En tout cas ces imprimante soulèvent de nombreuses questions, et comme tu le dit, remettent tout en cause (marketing, distribution, vente et donc modèle économique…).
    Très bon article en tout cas.

  12. Arnaudb 08/03/2010

    Je suis assez ok avec Bnaz… je pense qu’on va quand même avec une belle et longue phase ou cette technologie sera réservée aux studios de design en phase d’étude pour réaliser leurs » Prototypes ».

  13. Julien Madérou 09/03/2010

    On verra dans 10 ans ! Peut être même moins… 🙂

  14. Ksndr 18/03/2010

    ouais mais le gars i se fait un évier en plastique…le jour ou tu veux sculpter du titane t’as intêret a y aller sévère sur la machine. ce genre « d’imprimante existe depuis longtemps », des espèces de graveur en relief!!! il y a un exemple dans jurassic park 3, pour faire la cavité interne du vélociraptor
    enfin bref on verra dans l’avenir…ça doit être marrant et de rentrée chez soit et de voir sa copine entrain de dessiner une mega bite sur photoshop…. »allez vite je l’imprime »

    le kikoo

  15. Antoine 26/05/2010

    Très bien de parler de ce genre de techno, cependant petit adundum…
    En effet je bosse actuellement en tant que concepteur dans une célèbre firme franco allemande fabricant des disjoncteurs et pour nos
    protos nous avons recour a une imprimente 3D de objet…
    Tres pratique pour montrer au marketing ce que sera ce produit tant convoite, precit de surcroit (de l’ordre du centieme)
    par contre le temps a souvent raison de cette matière (ne laissez pas un proto près d’une fenêtre les UV le rendrons très vite cassant) de plus le fluage est impressionant quelque semaine avec son propre poid et la pièce est gauche… Bref, bien mais pas trop et surtout loin des applications pirates tant redoutees (une table basse super déformée qui évolue chaque jour de manière aleatoire et effemere de surcroit?) merde je tiens un concept! Sinon pour ce qui est des couleurs tout peut ce faire et des duretés différentes existe (soft duveteux rigide…)
    pour des applications plus durable il exisste le fritage de poudre: même principe, polymérisation d’ une de matière via un laser formant ainsi une structure uniforme (comme souder de la poussière de matière) du coup il existe des procedes métal ou plastoc très résistant et peu cher…

    M’enfin d’ après moi rien ne vaut un bon cutter du carton plume et du balsa! Cela ayant au moins le mérite d’ inculquer les difficultés de realisation et d’industrialisation d’un produit…
    Du coup spéciale dedicace au doc.

  16. Julien Madérou 27/05/2010

    @Antoine : Oui tu as raison, mais je pense que tous les défauts actuels de ces technologies vont être améliorés à l’avenir. Wait and se

  17. Thomas Ricordeau 01/12/2011

    hé les amis y’a la REPRAP, imprimante 3D OpenSource coût env. 1200€ (en pièces détachées)
    http://reprap.org/wiki/RepRap/fr

    Elle permet non seulement de fabriquer des pièces mais peut se dupliquer puisque le principe est Ouvert.

    C’est une machine qui constituedésormais l’un des équipements de base des FabLabs.
    http://fing.org/?Le-Fab-Lab-lieu-d-artisanat

    Open the Code!

  18. Thomas Ricordeau 03/12/2011

    Promos de Noël!

    Erratum kit RepRap Mendel: 400€ qui dit mieux?
    http://reprap.org/wiki/Mendel/fr

Comments are closed.